24 avril 1996 – Les inondations de la Seine

Les inondations de la Seine sur le secteur d’étude sont liées aux pluies tombées sur le bassin versant, à l’imperméabilisation naturelle et temporaire (saturation des sols, gel) ou artificielle des sols et à la disparition des zones humides et au drainage des sols.
Le bassin versant de la Seine en amont de Paris (44 000 km2) se décompose en trois sous-bassins versants: l’Yonne, l’Armançon et le Serein; la Haute-Marne; la Haute-seine et l’Aube.
Les crues de la Seine résultent de trois ondes de crues associées qui se forment à Joigny pour l’Yonne, à la confluence de la Seine et de l’Aube et à Chalons en Champagne pour la Marne.
On distingue les crues simples générées par un seul épisode pluvieux (crue de 1955), les crues doubles résultant de deux épisodes pluvieux rapprochés (crues de 1910 et 1924) et les crues multiples correspondant à une succession d’épisodes pluvieux suivis par un événement pluvieux plus important (crue de 1982).
L’importance de la crue est déterminée par l’arrivée plus ou moins simultanée des différentes ondes de crues. Le phénomène est amplifié par l’imperméabilisation des sols.
Pour, un épisode pluvieux affectant l’ensemble du Bassin, l’onde de crue en provenance de 1 ‘Yonne en région Ile de France précède de trois à six jours celles qui résultent de la Seine et de la Marne. Ainsi, une crue double correspondant à deux épisodes pluvieux dans le même intervalle entraîne un risque important.
La crue de 1910 à Paris correspond à la conjonction des trois ondes d’une crue centennale sur la Seine amont, d’une crue de période de retour de 150 ans sur l’Yonne et de 60 ans sur la Marne. Les crues de 1924 et 1955 correspondent à la conjonction d’ondes de crue de période de retour variant de 20 ans à 50 ans.
Les crues de 1658 (8.96 m à Paris au Pont d’Austerlitz), 1910 (8.62 m) et 1740 (8.05 m) sont les trois dernières crues les plus importantes enregistrées à Paris et classées par ordre décroissant de hauteur de submersion maximale.
La crue de 1910 d’occurrence centennale est suffisamment récente pour être bien connue. Sa ligne d’eau est retenue comme niveau de la crue de référence, en application de la circulaire interministérielle du 24 avril 1996.

http://www.peniche.com/inondations/ppri_91pp.htm

Publicités

A propos cgma

https://cgma.wordpress.com/ https://cgma2.wordpress.com/ https://charentonneau.wordpress.com/ http://td-nmd-cgma.monsite-orange.fr
Cet article a été publié dans Paris et Seine (75). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 24 avril 1996 – Les inondations de la Seine

  1. Ping : Au fil des jours… « Charentonneau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s