24 février – VIVIEN – ROGER père

 
 
 
1923 – Robert André VIVIEN
*
VIVIEN Robert André (o et † Saint-Mandé, 1995). Homme politique.

 

o 24 février 1923. Saint-Mandé

x Venot

† 8 mai 1995. Saint-Mandé.

Décédé à l’hôpital Begin, à 72 ans, sa vie est liée à celle de la ville de Saint-Mandé : conseiller municipal, général, maire et député.

Fait remarquable : quatre maires seulement, ont dirigé la cité de Saint-Mandé depuis 1900 : Charles Digeon, de 1900 à 1936, Camille Mège, de 1936 à 1944, Jean Bertaud, de 1944 à 1983, Robert-André Vivien depuis 1983. Tous quatre ont contribué à ce que cette si accueillante ville de 20 000 habitants justifie pleinement sa devise « Cresco et Floresco » que poétiquement, ont peut traduire par: « Je prospère et je m’épanouis comme une fleur ».

3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

————————————————————–

 
 
1788 – Le premier maire de Maisons-Alfort
Ainsi qu’on va le voir par la reproduction d’une délibération, la commune n’a plus à fournir de paille pour les écuries du roi.

« L’an mil sept cent quatre-vingt-huit, le 24 février, les habitants assemblés au son de la cloche, à l’issue des vespres, à la manière accoutumée, tous habitants, syndics, marguilliers, anciens syndics et marguilliers, sommes convenus ce qui suit :

« Savons qu’il se trouve dans la Paroisse, un objet dénommé sous le nom de (prez) Prés des pailles, lequel, depuis les temps les plus reculés, a été abandonné par les habitants à l’emploi de fournir les pailles pour les écuries de sa majesté, laquelle fourniture les exemptait de fournitures, corvées, logements et autres charges, consistant en 2 500 bottes de paille, laquelle fourniture ayant cessé, et lesdits habitants ayant été imposés à la corvée, c’est pourquoi, d’un avis unanime, il regarde que le produit soit réparti au marc le franc la livre, sur le pied auquel chacun des contribuables est imposé, jusque tant que ladite imposition aura lieu.

 « Dedans le cas où la corvée se trouverait éteinte, le montant rentrerait dedans l’ordre ordinaire, et imposé sur le rôle, ce qui viendrait à la décharge de chacun des habitants.

« Fait et passé en l’état, les jour et an que dessus. »

Entre temps, M. Coudray, qui s’intitulait syndic municipal, étant décédé, la municipalité fut réorganisée. Roger père, marchand de bois à Alfort, fut nommé pour lui succéder, et prit le nom de maire.

C’est le premier magistrat municipal qui porta ce titre.

1 – Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort

Publicités

A propos cgma

https://cgma.wordpress.com/ https://cgma2.wordpress.com/ https://charentonneau.wordpress.com/ http://td-nmd-cgma.monsite-orange.fr
Cet article, publié dans Maisonnais, Maisons-Alfort, Saint-Mandé, Val-de-Marne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 24 février – VIVIEN – ROGER père

  1. cgma dit :

    COUDRAY et des ROGER sont déjà signataires

    Des plaintes et doléances de la paroisse de Maisons-Charenton en 1789

    Le cahier de doléances de Maisons-Alfort est relativement court. Ce cahier est rédigé selon un modèle utilisé aussi pour Créteil et retrouvé dans la plupart des cahiers du département. Il comprend 15 articles dont les 5 premiers sont reproduits ci-dessous :

    Art. 1er Que tous les privilèges pécuniaires soient supprimés et l’impôt payé par chacun des membres des trois ordres de l’Etat indistinctement, dans la proportion de ses facultés.
    Art. 2 Que nul impôt ne soit levé s’il n’est consenti par les Etats Généraux du Royaume et sa durée déterminée.
    Art. 3 Que les Etats généraux aient leur retour périodique de trois ou cinq ans et que leur tenue soit arrêtée dans l’assemblée précédente.
    Art. 4 Que l’impôt et la perception soient simplifiés le plus possible.
    Art. 5 Que les aides et gabelles soient supprimés.

    L’article 6 demande la suppression des capitaineries des chasses comme étant très nuisibles aux propriétés des citoyens et à l’agriculture.

    Les signataires sont :

    Coudray, syndic; G. Gillet; Lecomte père; A. Lecouteux:
    Chevrine; Petiteau; Langres; M Feuillet;
    J.F. Lagire aîné; M.A. Quinard F. Lormier Châtel
    Jeandrier Roger Boyer Gouffé
    P. Brisset Roger, greffier commis.

    Les cahiers de doléances des communes du Val de Marne ont été édités sous forme de dossiers par l’Association départementale pour le bicentenaire de la Révolution (en 1989).
    (Archives Départementales)

    Pour la période révolutionnaire, consultez l’indispensable ouvrage :La Révolution Française dans le Val de Marne. ” réalisé par CLIO 94 sous la direction de Michel Balard et Alain Croix (1989)
    CLIO 94 : Comité de Liaison des sociétés d’Histoire et d’Archéologie du Val de Marne.

  2. Ping : Au fil des jours… « Charentonneau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s