29 janvier – CHACUN – SAURIN

1974 – Jane CHACUN

CHACUN Jane, († Créteil, 1974). Interprète

 o 12 novembre 1890, Concarneau.

x Jules Auguste Breux

29 janvier 1974, Créteil.

 Quelques mois avant de mourir, la reine incontestée de la chanson musette chantait encore dans les bistrots de Saint-Maur. Quand on a passé son existence sous la boule lumineuse des dancings parisiens on ne s’en va pas sans lever son verre à la santé des gens du peuple.

Jane Chacun aura chanté la vie comme on ne l’imagine pas dans  » les beaux quartiers » ceux qui se souviennent avoir eu 20 ans en l’écoutant ne guériront Jamais de leur jeunesse.

Dictionnaire de la Chanson Française,

Pascal Sevran.

 3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

————————————————————–

1872 – William SAURIN

SAURIN William (o Saint-Mandé, 1872). Industriel. An

 Emmanuel, Adolphe William Seurin dit William Saurin

 o 29 janvier 1872, Saint-Mandé

x 19 juillet 1898, Paris XIX

Marie Louise  Elisabeth Léger

 Seurin Emmanuel, Adolphe, William dit William Saurin – Ce grand industriel de la conserve alimentaire est né à Saint-Mandé le 29 janvier 1872 au 26 de la Grande-Rue. Il n’est pas inintéressant de montrer en quelques lignes ce qu’a été la destinée d’une grande marque alimentaire française dont le créateur fut, au siècle dernier, notre concitoyen. Représentant en confiserie, William épouse, en 1914, une de ses clientes Marie Léger, dont l’oncle Emile Moitrier tient un commerce d’épicerie de luxe rue de Châteaudun à Paris. Il en devient le gérant et, sous sa houlette et celle de Marie, le commerce prospère. Quand Émile Moutrier meurt en 1908, les deux époux reprennent le magasin et créent la marque William Saurin. Deux ans plus tard, William ouvre sa première usine, rue Saint-Lazare à Paris. On y fabrique toutes sortes de charcuteries fines et de pâtés frais et en conserve. C’est après la fin de la Première Guerre mondiale que naissent les trois grands classiques de la maison : cassoulet, petit salé, et bœuf bourguignon, en boîtes de conserve. En 1926, l’usine de la rue Saint-Lazare étant devenue trop petite, la fabrique de conserves est transférée dans le centre ville de Lagny (Seine-et-Marne). Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la Société poursuit son essor, tout en gardant son caractère artisanal.

 3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

————————————————————–

1898 – Emprunts

 

 

1903 – Emprunts. – Quatre emprunts sont actuellement en cours de remboursement :

 

 4° Le quatrième emprunt, s’élevant à 90.000 francs, a été réalisé, en vue de travaux divers, à la Caisse des dépôts et consignations, conformément à une autorisation préfectorale du 29 janvier 1898, au taux de 4 fr. 60 %. Il est remboursable en 20 annuités de 6.351 fr. 46 chacune. Le montant du service des intérêts et des frais de commission, pendant la période complète amortissement, est de 37.029 fr. 20.

 18 – Etat des communes à la fin du XIXe siècle

Publicités

A propos cgma

https://cgma.wordpress.com/ https://cgma2.wordpress.com/ https://charentonneau.wordpress.com/ http://td-nmd-cgma.monsite-orange.fr
Cet article, publié dans Créteil, Saint-Mandé, Val-de-Marne, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 29 janvier – CHACUN – SAURIN

  1. cgma dit :

    William Seurin descend de André Seurin et de Noëlle Rollet, mariés à Feucherolles le 23 novembre 1694.

    Pour en savoir plus consultez le site :
    http://www.cgvy.org/cgvy/2008_lagny.html

    ********************************************************

    Acte de naissance : N° 9 / 1872
    Seurin Emmanuel, Adolphe, William
    29 janvier 1872

    Du trente un janvier, mil huit cent soixante douze, à trois heures du soir, acte de naissance de Emmanuel Adolphe William, à nous présenté et reconnu du sexe masculin, né le vingt-neuf de ce mois, à onze heures du matin, au domicile de ses père et mère à Saint-Mandé, Grande rue, 26 ; fils de Louis Nicolas, William Seurin, âgé de vingt sept ans et de Françoise Mathilde Sigean, son épouse, âgée de vingt cinq ans, épiciers. Le présent acte dressé à la Mairie par nous Joseph, Alexandre Quihou, Maire et officier de l’Etat civil de la commune de Saint-Mandé (seine), sur la déclaration du père faite en présence du sieur Jean Morel, âgé de trente deux ans, limonadier, demeurant grande rue 26, et du sieur Mathurin Labrune, concierge, âgé de cinquante ans, demeurant grande rue, 24, qui ont signé avec le père et nous, après lecture.

    Le Maire
    Signé : William Seurin, Labrune, J Morel,
    JA Quihou

  2. Ping : Au fil des jours… « Charentonneau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s