28 octobre – FRANCOIS – POUJOULY – LOCKROY

1941 – Roger FRANCOIS

Le Maisonnais Roger Eugène Pierre François fut fusillé en 1942, une rue porte son nom.

De 1935 à 1941 la gérance des Bains douches  3, place Delalain est assurée par Roger François.

Le 28 octobre 1941 Roger François est fusillé à Surennes par les Allemands

Motif : Propos tenus contre l’occupant et détention d’armes.

Le 19 novembre 1944 le nom de Roger François est donné à l’ancienne rue de Bretagne.

L’acte de décès de Roger François est disponible à l’état civil de la ville de Surennes

3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

————————————————————–

2000 – Georges POUJOULY

POUJOULY Georges, († Villejuif, 2000). Comédien

o 20 janvier 1940, Garches (Hauts-de-Seine)

x  Dominique Jacqueline David.

28 octobre 2000, Villejuif

PARIS (AP) — L’acteur français Georges Poujouly, qui avait fait ses débuts au cinéma à l’âge de 11 ans dans Jeux Interdits (1951), est mort samedi d’un cancer à l’institut Gustave-Roussy de Villejuif, à l’âge de 60 ans, a-t-on appris auprès de l’établissement hospitalier.

Georges Poujouly, né en 1940, avait connu la gloire très jeune aux côtés de Brigitte Fossey, avec le rôle de Michel, le petit garçon du film de René Clément, qui avait obtenu le Lion d’Or du Festival de Venise et l’Oscar du Meilleur film étranger en 1952.

Adolescent, il apparaîtra dans une vingtaine de films dont Les Diaboliques de Georges Clouzot, Et Dieu créa la Femme” de Roger Vadim (1956) ou Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle (1957). Il avait tourné de nouveau avec René Clément dans un rôle secondaire dans Paris brûle-t-il ? (1965). Adulte, le comédien avait notamment travaillé dans le doublage de séries télévisées et tourné de façon plus épisodique au cinéma, où il n’avait pas retrouvé le succès de ses premières années. AP

3 – Dictionnaire des célébrités du Val-de-Marne

————————————————————–

1888 – LOCKROY, le discours perdu

Le 28 octobre, le groupe scolaire d’Alfort étant à peu près terminé, l’inauguration eut lieu sous la présidence de M. Lockroy, Ministre de l’Instruction Publique « Premier élu de Paris et aussi de Maisons-Alfort », ainsi que lui dit le maire dans son allocution.

M. Lockroy prononça à cette occasion ; un magistral discours sur l’enseignement et ses conséquences, au point de vue du progrès des idées républicaines.

Un auditeur s’était offert pour sténographier ce discours on avait accepté, et, comptant sur lui, on en avait informé l’orateur.

Le lendemain, le ministre téléphona pour demander communication, avant publicité, de son improvisation ; le sténographe fut recherché, il n’avait rien fait. Ne voulant pas, tout d’abord, avouer sa négligence, on réunit à la mairie un certain nombre de personnes pouvant aider à reconstituer le morceau d’éloquence ministérielle ; mais devant la diversité des rédactions proposées, on se décida à dire la vérité, et le discours ne fut pas imprimé.

1 – Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort

————————————————————–

Publicités

A propos cgma

https://cgma.wordpress.com/ https://cgma2.wordpress.com/ https://charentonneau.wordpress.com/ http://td-nmd-cgma.monsite-orange.fr
Cet article, publié dans Histoire, Maisons-Alfort, Maisons-Alfort, Villejuif, Voies, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s